Voici donc mon premier article sur ce site, une lettre d’amour aux jeux vidéo sorties en 2017. Je dois m’excuser par avance pour mon style écrit, je ne suis pas la personne la plus agréable à lire, et je fais encore de vilaines fautes. Mais je pense que tout n’a pas sa place sous forme de vidéo, j’aimerai vous parler encore une fois de certains jeux.

Beaucoup de jeux m’auront marqué cette année, What Remains of Edith Finch, A Rose in the Twilight (ne passez pas à coté de ce jeu vous ratez vraiment un truc !), Rime, Hellblade: Senua’s Sacrifice, NieR : Automata, Resident Evil 7, Xenoblade Chronicles 2,

Danganronpa V3 : Killing Harmony, The Legend of Zelda : Breath of the Wild… d’autres comme Splatoon 2, Cuphead, Metroid : Samus Returns ne sont pas « marquant » mais sont excellents tout de même. J’ai envie de parler de beaucoup de jeux, mais je dois me concentrer sur certains, c’est difficile parce que j’ai beaucoup de choses à dire sur un jeu comme Metroid : Samus Returns, un jeu compliqué à prendre à main mais tellement bon une fois fait. Il y’a des jeux qui sont ressorties en 2017 et que j’ai adoré comme Dragon Quest 8 et Mario & Luigi: Superstar Saga + Les sbires de Bowser, mon jeu préféré de la GBA, mais en vrai ils sont sorties il y’a longtemps, alors place à la nouveauté.

Splatoon 2 a essuyé pas mal de critiques en ce qui concerne les « nouveautés », les reproches étaient nombreux, manque de nouvelles armes, manque de nouvelles maps, et enfin pour le reproche le plus aberrant à mon sens, manque de changement dans le gameplay. Si je ne vais pas expliquer une nouvelle fois pourquoi ce dernier argument n’a aucun sens, il est l’heure de faire un bilan, 6 mois après la sortie du jeu, sur les nouveautés. Fin janvier, on compte 14 nouvelles armes dans Splatoon 2, 3 nouvelles armes secondaires, un nouveau mode de jeu en ranked et une nouvelle map pour le mode inédit Salomon run.

Pour les stages il y’en avait 8 à l’origine et certains venaient du premier Splatoon, 9 autres se sont ajoutés et 5 sont originaux. On pourra pester contre la présence des anciens stages mais en fait, s’il y’a les 16 anciens stages ajoutés à 16 inédits propres à Splatoon 2, n’est-ce pas mieux que 16 stages inédits seuls ? Malgré les problèmes que j’ai pointé du doigt (impossibilité de jouer tout le temps avec ses amis, impossibilité de faire une escouade pour jouer en guerre des territoires, impossibilité de faire une escouade de 2 ou 3 joueurs en splatfest) je reviens régulièrement sur ce jeu et il est toujours aussi fun, je n’ai « que » 55 heures sur le jeu, sur ma liste d’amis certains atteignent les 200 heures voir plus. Un jeu online qui n’innove rien et a un mauvais suivi ne pousse personne à revenir encore et encore jusqu’à atteindre 200 heures de jeux. Splatoon 2 est une des meilleures expériences onlines, et pas seulement en prenant en compte la Switch, essayez vous verrez bien, ce n’est peut-être pas si simple à prendre en main, mais c’est fun.

 

Je pense avoir tout dit sur Gravity Rush 2 mais je dois dire que la fermeture des serveurs m’attriste, lorsqu’ils seront fermés, les joueurs ne pourront plus se lancer de défis et des indices de trésors, ni accéder aux classements en ligne. Repoussé au 18 juillet, cet événement va casser une partie du jeu, et pourtant je rappelle que des gens payent l’online, payent les serveurs de jeux comme Gravity Rush 2 (un jeu first-party donc Sony donc l’entreprise à qui vous donnez l’argent avec le PS+). Pour vous donner un ordre d’idée sur les ventes catastrophiques de ce jeu, vous pouvez trouver un exemplaire neuf pour 20€, des jeux comme Bloodborne et The Last of Us sont difficilement trouvable à 20€ et ils sont sorties bien avant. Le jeu de l’année 2017 au niveau des jeux exclusifs sur PS4 est pour beaucoup de monde Horizon Zero Dawn, j’aime bien ce jeu mais il n’arrive pas à offrir la même liberté que dans Zelda, il est sorti 2 jours avant et pourtant dans ses mécaniques il fait daté. Gravity Rush 2 lui à sa façon offre une autre forme de liberté et vous savez quoi ? Ça marche ! Dans Gravity Rush 2 on se sent libre, c’est un monde ouvert, où on ne fait pas ce qu’on veut mais où on se déplace librement, le vrai jeu de 2017 au niveau des jeux exclusifs de la PS4 c’est lui, il ne coute plus rien, donnez-lui une chance.

Resident Evil 7 n’est pas seulement mon coup de cœur de l’année, c’est un coup de cœur tout court, mon Resident Evil préféré (devant Rebirth et le 4 oui oui j’assume) et un de mes survival-horror préféré. Les « fans » de Resident Evil crachent sur ce jeu à tort, il opte pour une vue fps ? Il jette Chris et Léon à la poubelle ? Et alors ce n’est pas ça qui l’empêche d’être un Resident Evil, Resident Evil 2 était plus porté sur l’action car Kamiya n’aimait pas les jeux d’horreur, Resident Evil 3 n’est même pas le vrai Resident Evil (c’est Code Veronica en réalité et c’est vérifiable). Resident Evil 4 a la caméra au-dessus de l’épaule et se porte résolument vers l’action. Resident Evil 5 et 6 sont des jeux d’action pensés pour la coop.

D’un opus à un autre le directeur était rarement le même chacun avait une vision différente et en jeu ça se sent. Les différences de Resident Evil 7 ne l’éloignent pas plus du premier que les autres. Ce jeu est bon, il fait peur et même si la fin fait la terrible erreur de privilégier l’action ce n’est qu’une partie du jeu. Les DLC en revanche ne sont pas fous, celui qui est gratuit avec Chris ne casse pas trois pates à un canard. Mais en tout cas le jeu de base offre ce que vous êtes en droit d’attendre lorsque vous achetez un Resident Evil, vous avez un jeu d’horreur qui fait vraiment peur, qui angoisse et pour les gens qui se croient insensibles, jouez-y en VR nous verrons bien 🙂

Danganronpa V3 : Killing Harmony est bien plus qu’un visual-novel, les gens qui voient ça d’un regard extérieur ne comprennent surement pas pourquoi ceux qui y jouent aiment autant, et pourtant je peux vous assurer que c’est une expérience unique, je l’ai

fait en même temps qu’un ami et on ressortait souvent bouleversé par ce jeu, certaines scènes, les personnages, les plot-twist, l’espace de quelques heures on vit l’aventure de lycéens pris au piège et confrontés à la mort. J’aimerai vous dire comme ce jeu est audacieux en racontant par exemple la fin du premier chapitre mais si je vous spoil je ne vous donnerai pas plus envie de faire le jeu. Je n’ai rien de plus à vous dire sur ce jeu mais voilà j’avais envie de vous en parler encore une fois, c’est peut-être le plus bizarre et celui qui

vous fait le moins envie parmi les jeux dont je vous parle mais je ne sais comment vous dire à quel point vous passez à coté d’un très grand jeu, pour moi il est au-dessus de jeux comme NieR Automata même si en soit, ce n’est pas comparable.

Super Mario Odyssey m’aura pris pas loin de 60 heures pour tout débloquer (costumes, pièces violettes, lunes) et ceci aura été fait en seulement 2 semaines, j’ai dévoré le jeu comme on dévore un bon livre, j’ai passé une nuit blanche dessus. C’était le Mario 3D que j’attendais après Galaxy, il n’est peut-être pas aussi bon (a moins que ce soit la nostalgie ?) mais bon sang que je me suis amusé sur ce jeu, jamais un Mario n’a été aussi agréable à prendre en mains, toutes ses idées de gameplay à chaque transformation c’est tellement ingénieux, on a une chance inouïe d’avoir ce jeu après Mario 3D World, ce n’est pas tous les jours qu’on a droit à un jeu si bon de bout en bout. Un indispensable de la Switch et une très bonne raison d’acheter la console pour ceux qui hésitent encore.

J’ai déclaré au sujet de Breath of the Wild que c’était mon jeu préféré, c’était à chaud, mais aujourd’hui je le répété, Zelda Breath of the Wild est mon jeu préféré, j’aime énormément Kingdom Hearts 2 et Zelda Majora’s Mask mais impossible de les aimer plus que Breath of the Wild. Je vous ai déjà dit beaucoup de choses sur ce jeu. Je vais vous parler d’une des raisons pour lesquels j’ai aimé Breath of the Wild, c’est l’histoire. Attention ici je vais spoiler, que l’histoire soit bien dans un Zelda ça peut sembler étrange, et sorti tout droit de la bouche d’un fanboy aveugle. Mais pourtant l’histoire de Breath of the Wild m’a fait ressentir des frissons, une cinématique en particulier me fait toujours cet effet. Avec ce jeu j’ai ressenti ce qu’on appelle « la catharsis » c’est un choc émotionnel intense dû à un changement brutal de l’intensité d’une émotion particulière. Ce changement est si puissant que la personne qui le subit ressent, après coup, une sensation de revitalisation, de renaissance, et parfois même une illumination. Vous pouvez faire Breath of the Wild comme il vous semble c’est vrai, mais des choses sont logiquement à faire avant l’affrontement contre Ganon, les 13 souvenirs creusant la relation entre Link et Zelda en fait partie. La relation entre Link et Zelda est bien plus travaillée que dans les autres jeux, Zelda est jalouse, solitaire, a peu confiance en elle, c’est un personnage bien plus intéressant que dans les autres Zelda, une fois le personnage entièrement développé son petit sourire incertain et sa phrase « tu te souviens de moi ? » avant de conclure le jeu prend toute son importance, le personnage est touchant. Les 4 prodiges sont les PNJ les plus importants du jeu, non seulement ils amènent aux « donjons » du jeux et à des boss exceptionnels mais en plus ils créent Ganon, que sait-on vraiment de Ganon avant de l’affronter ? Du mal qu’il a fait ? Les prodiges le dépeignent, le rende plus cruel, si bien que cette scène, où ils ont enfin leur moment de revanche sur lui, me donne des frissons. En fait arriver à Ganon après les souvenirs et les 4 prodiges c’est une véritable monté en puissance en termes d’émotions, que ce soit l’ascension du château qui était une sorte d’interdit, le combat contre Ganon et les cinématiques, rien ne se ressent de la même façon que si on n’avait pas fait les souvenirs et les 4 prodiges, en d’autres termes si vous passez à côté de ces morceaux essentiels de la narration du jeu avant l’affrontement final, il n’aura pas du tout la même importance à vos yeux. Ce n’est pas une épreuve, la dernière phase est très simple, mais Ganon n’est pas là pour mettre votre skill à rude épreuve, il est là pur conclure une grande et magnifique aventure. Si vous voulez prouver votre force il y’a le DLC, les épreuves sont compliquées mais alors l’Ode Prodiges c’est incroyablement dur suivant les moments, le DLC permet de se plonger une nouvelle fois dans ce monde magnifique, il n’était peut-être pas à la hauteur des attentes de certains mais au moins il n’est pas indispensable et à la fois il est bon, c’est ce qu’on attend d’un DLC non ?

Un monde unique

 

Il y’a pas mal de choses à dire sur les autres jeux dont-je vous ai parlé en 2017, Blaster Master Zero a été traduit en français, Arms malgré des ventes modestes (1.35 million fin septembre) a eu un bon suivi avec 5 nouveaux combattants et quelques nouvelles arènes, Snipperclips : Les deux font la paire a eu un bon DLC qui a bien augmenté la durée de vie avec des nouvelles énigmes et surtout de la rejouabilité (en plus le jeu est dispo en boite maintenant), Yooka-Laylee a vu ses nombreux bugs corrigés et a même eu droit à un très bon portage sur Switch, Nioh est sorti sur PC, NieR Automata est enfin bien optimisé. Bref des jeux que je vous recommandais il y’a quelques mois, je recommande encore plus aujourd’hui d’y jouer. Bien sûr tournez vous aussi vers l’avenir, je pense que certains d’entre vous sont sur Monster Hunter World et Dragon Ball FighterZ, je suis également sur ce dernier et pour Monster Hunter World j’attends fébrilement sa sortie sur PC. Mais dans tous les cas si vous avez du temps penchez vous sur les jeux dont je vous ai parlé, j’ai trouvé 2017 exceptionnel et j’espère que vous aussi 😉

Views 426

Commentaires (1)

  • Xutech
    29 janvier 2018 à 21 h 33 min Commenter
    Stylé !

Laisser un commentaire